Ilan, Chef de Projet Systèmes d’information (SI) à ARDATEM

Découvrez l'interview d'Ilan

banderouge gpistories

apostrophe rouge

J’interviens notamment sur le projet ASR industrialisé. Il vise à réduire la durée des préparations modulaires et à optimiser les arrêts et les activités de maintenance lors d’un ASR (Arrêt pour Simple Rechargement). 

apostrophe rouge

Découvrez l’interview d’Ilan, Chef de Projet Systèmes d’Information à ARDATEM, qui nous présente son métier et son parcours !

gpi stories x px ilan

Ton métier, ton poste, ce que tu fais ?

Je suis Chef de projet SI sur le pôle MME-SI chez ARDATEM. Mon objectif est de donner les moyens aux sites d’optimiser leur activité de maintenance. Je travaille actuellement sur Cap Ampère qui regroupe plusieurs entités de EDF dans le nucléaire, le thermique et aussi un petit peu dans le renouvelable.

Dans le cadre du déploiement du SDIN (le système informatique d’EDF qui regroupe plusieurs outils de préparation d’activité), le pôle MME-SI a été mis en place pour définir les grands processus et les méthodes autour de l’utilisation de ces systèmes informatiques.

J’ai vraiment 3 casquettes dans mes missions : l’aspect technique, la conduite au changement en conseillant les sites afin d’optimiser les activités ou à résoudre un problème, et le côté PMO (Project Manager Officer) où j’assiste le client sur l’ensemble des sujets.

Décris-nous une journée type 

Mon quotidien change relativement tous les jours en fonction des sujets. Sur un mois je vais plutôt travailler sur l’analyse de risque, et le mois d’après je vais travailler sur la logistique.

Tous les jours, j’échange beaucoup avec les responsables sur sites pour parler des projets et les faire monter en compétences ou parfois pour parler des anomalies. C’est mon rôle de voir ce qu’on peut faire : est-ce que c’est de la méthode ? Est-ce que c’est du SI ? Est-ce qu’on peut le faire maintenant ou faut le prévoir plus tard ? Est-ce qu’on a besoin de rédiger un document pour caractériser la chose…

Il m’arrive aussi d’avoir des déplacements sur site pour échanger avec les chargés d’affaires, sensibiliser les directeurs techniques et chefs de service sur cette notion de capitalisation et de gains associés. Je travaille aussi avec les autres prestataires présents sur le pôle MME SI.

Sur quels projets travailles-tu ?

J’interviens notamment sur le projet ASR industrialisé, un gros projet qui a commencé il y a maintenant 4 ans. Il vise à réduire la durée des préparations modulaires et à optimiser les arrêts et les activités de maintenance lors d’un ASR (Arrêt pour Simple Rechargement). Il faut donc stimuler les sites et les encourager à faire de la capitalisation. Pour ce faire, j’ai besoin d’un certain nombre d’informations comme l’analyse de risque, le dossier de suivi d’intervention… que l’on trouve souvent dans le dossier de réalisation de travaux (DRT) des chargés d’affaires EDF.

Ton parcours pour arriver à ce poste ?

J’ai vécu 10 ans à la Réunion où j’ai fait ma prépa, puis j’ai continué avec l’école ECAM EPMI sur Paris. C’est une école d’ingénieur généraliste, même si en dernière année on se spécialise dans un domaine un peu plus technique. Moi j’ai choisi le génie électrique et l’énergie.

Puis j’ai réalisé un stage de fin d’étude de 6 mois sur la centrale de Saint Alban, côté EDF, pour la visite décennale de la tranche 2. Comme j’étais au sein de l’équipe commune il y avait beaucoup de prestataires que je côtoyais tous les jours. A la fin de mon stage je me suis rapproché d’un prestataire avec qui je m’entendais bien, c’était quelqu’un d’ARDATEM.

Maintenant ça fait 2 ans que j’ai intégré ARDATEM, j’étais même le premier de la société à arriver sur le pôle MME-SI, suite à la négociation d’un contrat en amont de mon recrutement. Après, deux autres chefs de projet d’ARDATEM sont arrivés, donc aujourd’hui je suis aussi le responsable d’équipe sur le pôle.

Ce qui te plait le plus dans ton poste ?

Ce qui me plaît le plus dans mon poste c’est cette transversalité. J’aborde beaucoup de choses différentes, que ce soit de la conduite, de la sûreté, de la logistique, du processus.

Je trouve aussi très important tous les échanges que je peux avoir dans les projets. Comme je disais, on échange beaucoup avec les sites, ils nous remontent les idées, c’est avec eux qu’on voit la faisabilité des projets, on les aide dans l’optimisation de leur activité face à un problème. Du coup c’est cet échange entre local et national que je trouve intéressant.

Les qualités essentielles pour le poste ?

Il faut être curieux pour découvrir le monde du nucléaire et tous les sujets rattachés comme la sûreté, la sécurité ou le fonctionnement générale d’une centrale.

Ensuite je trouve très important d’avoir un bon relationnel et d’échanger avec les personnes que l’on croise sur centrale ou ailleurs. Parler avec un Robinetier ou avec un Electricien sur une centrale c’est vraiment intéressant. C’est aussi ce que je trouvais bien sur MME-SI, tout le monde est déjà allé sur site, ils ont été des chefs de service, chefs de sections, chefs d’arrêts… Ils ont donc un panel de connaissances très large, c’est vraiment enrichissant car il y a énormément de choses à apprendre.

Que représente ARDATEM pour toi ?

Ce que j’aime chez ARDATEM, c’est qu’il y a un important savoir technique sur tout le domaine de l’énergie et on est omniprésent sur le secteur. On assiste EDF sur énormément de choses que ce soit sur centrale, sur centre d’ingénierie, sur de la méthode.

Paroles de collaborateurs

Technicien BE Electrotech / Nucléaire

Paroles de collaborateurs

Ingénieur Méthodes Maintenance